Toilettes sèches : comment ça marche, et pourquoi ça ne sent pas mauvais

Les toilettes sèches, est-ce le passé ou le futur ? Pour en savoir plus, j’ai interviewé, lors du salon Marjolaine, le concepteur de toilettes sèches Dominique de la société MADOM. Il nous en dit plus sur le fonctionnement et sur les erreurs de jugement qu’on peut faire sur les toilettes sèches. Continuer la lecture de « Toilettes sèches : comment ça marche, et pourquoi ça ne sent pas mauvais »

Shopping écolo & utile : impacter positivement l’environnement avec ses achats

Cette page se limite volontairement aux objets qui permettent de réduire son impact sur l’environnement. Pas question ici de « cadeaux cool en bois » ou autres fioritures inutiles : je rappelle que le meilleur shopping pour l’environnement consiste souvent à ne rien acheter. Ce, à moins qu’il permette de réduire son impact sur l’environnement. Voici une première version que j’ai retenu.

Continuer la lecture de « Shopping écolo & utile : impacter positivement l’environnement avec ses achats »

Par quoi remplacer la banane

On a produit 130 millions de tonnes de bananes en 2016 (dont environ 20 millions sont exportés, le reste étant mangé localement). Pendant longtemps, j’en ai mangé des bananes quotidiennement tout comme l’avocat.  Et tout comme l’avocat, j’ai décidé – sans m’en priver ! – d’en simplement réduire grandement la consommation au profit de fruits locaux. Voici pourquoi et comment.

Continuer la lecture de « Par quoi remplacer la banane »

De la literie solidaire et écolo : interview de la SCOP Ardelaine

Ardelaine est une SCOP (société coopérative) écologique et socialement responsable, qui conçoit et vend des produits à base de laine (matelas, coussins…). Interview.

Continuer la lecture de « De la literie solidaire et écolo : interview de la SCOP Ardelaine »

Remplacer l’ivoire, le blanc de baleine et emménager dans une zone non-toxique : interview de l’association Robin des bois

L’association Robin des Bois est l’une des associations précurseurs de défense de l’environnement. Elle répertorie notamment les zones polluées ou dangereuses en France et contribue au remplacement de produits animaux par des équivalents végétaux. Interview. Continuer la lecture de « Remplacer l’ivoire, le blanc de baleine et emménager dans une zone non-toxique : interview de l’association Robin des bois »

Kokopelli, des « semences interdites » pour préserver la biodiversité

Kokopelli est une association qui oeuvre pour la diffusion de semences non répertoriées (et par conséquent officiellement interdites à la vente), dont l’enjeu affirmé est la conservation de la biodiversité. Interview. Continuer la lecture de « Kokopelli, des « semences interdites » pour préserver la biodiversité »

La biodynamie vue par un « Nord-Catalan » du Domaine du Traginer

Un interlocuteur bien sympathique « de Catalogne du Nord » (sous Perpignan) du vignoble le Domaine du Traginet nous parle de la biodynamie avec un ton critique du conventionnel qui fait à la fois sourire et plaisir.
Continuer la lecture de « La biodynamie vue par un « Nord-Catalan » du Domaine du Traginer »

Production de pommes et poires en biodynamie : interview Les Côteaux Nantais

Les Côteaux Nantais cultivent des fruits (pommes, poires, coings…) sur 80 hectares d’arbres fruitiers. Fondés en 1943, ils sont passé au bio depuis 1970 puis en bio-dynamie en 1993. Leur équipe de plus de 120 personnes cultive, transforme et vend les produits, à la fois en direct et via les grossistes.  Petite interview.

Continuer la lecture de « Production de pommes et poires en biodynamie : interview Les Côteaux Nantais »

Visite du salon du bio, Marjolaine 2017

Voici un petit tour d’horizon des différents stands du salon Marjolaine Bio 2017, un salon dédié au bio au Parc Floral de Paris. On  y trouve beaucoup d’alimentation bio (un régal), des cosmétiques, produits santé et hygiène, des ustensiles durables, des habits en matières bio et de nombreuses autres choses à découvrir dans cette petite vidéo informelle.

Continuer la lecture de « Visite du salon du bio, Marjolaine 2017 »